les crocos hurbains de genève (Suisse)

! RUBRIQUE EN CONSTRUCTION !

 Elisheva ENGEL, l'artiste qui à inspiré les crocos hurbains de genève (Suisse)...

 Lien ver l'article de la Tribune de Genève .Url

Article de la Tribune de Genève .PDF

 

Note, nous cherchons d'autre articles ou des visuels (photo),
merci de nous contacter si vous avez des éléments à apporter à ce sujet...

 

ARTICLE PARU dans "LA TRIBUNE DE GENEVE" le 17/01/2007
************************************************

 

La maîtresse de dessin qui a inspiré les

crocos urbains Elisheva Engel est persuadée

que l'artiste des rues fait partie de ses

anciens élèves

Christiane pasteur D e panneaux de signalisation en cabanes de chantier, de bornes electriques en abribus, ce crocodile-la fait

desormais partie du paysage urbain.La Tribune de Geneve vous avait revele l'existence du serial graffiti en fevrier dernier,

deja.Depuis, le charmant reptile prolifere.Si bien que Hinrich Peters et Heike Sommerfeld, deux Berlinois en vacances a

Geneve, l'ont pris en chasse ? visuellement s'entend ? et immortalise a travers un poster qu'ils nous ont envoye avec un vA"u:

rencontrer l'artiste (nos editions du 8€janvier 2007).

L'artiste ne s'est pas manifeste.Pas encore.En revanche, nous avons decouvert celle qui affirme l'avoir inspire: Elisheva Engel,

57€ans, sculpteure et ferue d'art contemporain cote jardin.Maitresse de dessin et de travaux manuels a l'ecole primaire, cote

cour.Enfin, enseignante d'arts visuels, comme on dit aujourd'hui.Nous l'avons retrouvee dans sa salle de classe aux Cropettes,

entouree de pots de peinture, de colle et autres poincons.

≪Mes eleves m'ont dit: tu as vu? Il y a des crocodiles partout dans la ville!≫, sourit l'enseignante en se roulant une

cigarette.Mais comment diable ce petit bout de femme peut-il etre persuade d'etre a l'origine des crocos graffites?

≪Regardez!≫ Dans le fond de la classe, une serie de caimans stylises.Identiques a ceux qu'on retrouve partout en ville.Le doute

n'est guere possible.

A la scie a decouper

Du reste, Justine, 12€ans, eleve d'Elisheva l'an passe, nous dessine sur-le-champ un ≪kokodil≫ multicolore aux mensurations

idoines.Elle aussi les a vus parcourir les murs de la cite.≪J'ai trouve ca bizarre, je ne savais pas que c'etait a la mode:≫

Mais comment tout cela a-t-il commence? ≪Le modele a ete cree par une de mes amies des Beaux-Arts, aujourd'hui decedee,

qui etait elle aussi professeure de travaux manuels: Alicia Jara.Un jour, j'ai decide de l'utiliser comme exercice pour la scie a

decouper.Exercice base sur les lignes droites, qui permettent de faire des zigzags; et sur les lignes arrondies, qui offrent

vagues et ondules.≫

Le but du jeu? Transformer une plaque rectangulaire en bois en chablon a croco.Un apprentissage qu'Elisheva a initie il y a une

dizaine d'annees.≪J'en deduis donc que l'artiste de rue, dont j'ignore l'identite, doit etre aujourd'hui au cycle, age de 15 ou

16€ans.≫

Une forme d'hommage

≪Je n'aurais jamais imagine que cette petite bestiole rigolote devienne un modele d'art spontane.Si Alicia avait su: Quelque

part, je trouve beau de retrouver son crocodile dans les rues de Geneve.≫ Comme un hommage, en quelque sorte.D'ailleurs, la

premiere fois qu'Elisheva a repere le croco, elle l'a pris pour un compliment.≪Je me suis dit: t iens, on a reussi.Le but des

maitres de travaux manuels est de donner du plaisir a travers l'utilisation de materiaux, de formes et de couleurs.Nous semons

de petites graines, sans savoir ou elles vont se developper:≫

Une trace ephemere

Ce qui n'empeche pas l'enseignante de debattre de l'opportunite d'imposer ainsi sa trace a la societe.≪Les enfants ne savent

pas ou sont les limites, notamment lorsqu'il s'agit de respecter l'architecture.Mais un crocodile, ce n'est pas un tag, il y a de la

poesie et de l'humour dans cette forme d'expression contemporaine, il surprend le passant, on se demande ce qu'il fait la.C'est

un personnage imaginaire qui permet de stopper un instant le train-train quotidien, et ca, c'est positif.Et puis, on l'efface,

c'est une trace ephemere.≫

Nous quittons Elisheva.La porte de l'ecole se referme derriere nous.Surprise: un crocodile.Dernier clin d'A"il du sprayeur

facetieux.

a

 

 

ıı

Si l'auteur des crocodiles nous lit, qu'il nous appelle au 022 322 37 41.Promis, on ne le denoncera pas a la Voirie!

Elisheva Engel dans sa classe.L'enseignante d'arts visuels pose devant les crocos originels.(Laurent Guiraud/15.01.2007)

.Christiane pasteur D e panneaux de signalisation en cabanes de chantier, de bornes electriques en abribus, ce crocodile-la

fait desormais partie du paysage urbain. La Tribune de Geneve vous avait revele l'existence du serial graffiti en fevrier

dernier, deja. Depuis, le charmant reptile prolifere. Si bien que Hinrich Peters et Heike Sommerfeld, deux Berlinois en

vacances a Geneve, l'ont pris en chasse ? visuellement s'entend ? et immortalise a travers un poster qu'ils nous ont envoye avec

un vA"u: rencontrer l'artiste (nos editions du 8€janvier 2007).

L'artiste ne s'est pas manifeste. Pas encore. En revanche, nous avons decouvert celle qui affirme l'avoir inspire: Elisheva Engel,

57€ans, sculpteure et ferue d'art contemporain cote jardin. Maitresse de dessin et de travaux manuels a l'ecole primaire, cote

cour. Enfin, enseignante d'arts visuels, comme on dit aujourd'hui. Nous l'avons retrouvee dans sa salle de classe aux Cropettes,

entouree de pots de peinture, de colle et autres poincons.

≪Mes eleves m'ont dit: tu as vu? Il y a des crocodiles partout dans la ville!≫, sourit l'enseignante en se roulant une cigarette.

Mais comment diable ce petit bout de femme peut-il etre persuade d'etre a l'origine des crocos graffites? ≪Regardez!≫ Dans le

fond de la classe, une serie de caimans stylises. Identiques a ceux qu'on retrouve partout en ville. Le doute n'est guere

possible.

A la scie a decouper

Du reste, Justine, 12€ans, eleve d'Elisheva l'an passe, nous dessine sur-le-champ un ≪kokodil≫ multicolore aux mensurations

idoines. Elle aussi les a vus parcourir les murs de la cite. ≪J'ai trouve ca bizarre, je ne savais pas que c'etait a la mode:≫

Mais comment tout cela a-t-il commence? ≪Le modele a ete cree par une de mes amies des Beaux-Arts, aujourd'hui decedee,

qui etait elle aussi professeure de travaux manuels: Alicia Jara. Un jour, j'ai decide de l'utiliser comme exercice pour la scie a

decouper. Exercice base sur les lignes droites, qui permettent de faire des zigzags; et sur les lignes arrondies, qui offrent

vagues et ondules.≫

Le but du jeu? Transformer une plaque rectangulaire en bois en chablon a croco. Un apprentissage qu'Elisheva a initie il y a

une dizaine d'annees. ≪J'en deduis donc que l'artiste de rue, dont j'ignore l'identite, doit etre aujourd'hui au cycle, age de 15

ou 16€ans.≫

Une forme d'hommage

≪Je n'aurais jamais imagine que cette petite bestiole rigolote devienne un modele d'art spontane. Si Alicia avait su: Quelque

part, je trouve beau de retrouver son crocodile dans les rues de Geneve.≫ Comme un hommage, en quelque sorte. D'ailleurs,

la premiere fois qu'Elisheva a repere le croco, elle l'a pris pour un compliment. ≪Je me suis dit: t iens, on a reussi. Le but des

maitres de travaux manuels est de donner du plaisir a travers l'utilisation de materiaux, de formes et de couleurs. Nous

semons de petites graines, sans savoir ou elles vont se developper:≫

Une trace ephemere

Ce qui n'empeche pas l'enseignante de debattre de l'opportunite d'imposer ainsi sa trace a la societe. ≪Les enfants ne savent

pas ou sont les limites, notamment lorsqu'il s'agit de respecter l'architecture. Mais un crocodile, ce n'est pas un tag, il y a de la

poesie et de l'humour dans cette forme d'expression contemporaine, il surprend le passant, on se demande ce qu'il fait la.

C'est un personnage imaginaire qui permet de stopper un instant le train-train quotidien, et ca, c'est positif. Et puis, on

l'efface, c'est une trace ephemere.≫

Nous quittons Elisheva. La porte de l'ecole se referme derriere nous. Surprise: un crocodile. Dernier clin d'A"il du sprayeur

facetieux.

a

 

 

ıı Si l'auteur des crocodiles nous lit, qu'il nous appelle au 022 322 37 41. Promis, on ne le denoncera pas a la Voirie!

************************************************
ARTICLE PARU dans "LA TRIBUNE DE GENEVE" le 17/01/2007

Web site contents © Copyright PARADOXE, All rights reserved to Elisheva ENGEL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×